Météo
 
Rivedoux-Plage - Une terrasse en sursis
Les défenseurs de l’environnement estiment que la terrasse du restaurant «M» est illégale.
La terrasse du restaurant «M», sur le port de Rivedoux, est-elle illégale ? C’est l'opinion de l’association de défense de l’environnement Nature Environnement 17, qui estime que les 65 m2 de plancher installés au printemps 2008 sur le quai du port par le restaurateur Philippe Leboucher empiètent sur un site classé. «Cette terrasse est complètement illégale, car elle est construite sur un site classé, assène  Jean-Pierre Goumard, qui représente l’association environnementale sur l’île de Ré. De plus, elle a reçu un avis défavorable de la  commission départementale des sites et de l’architecte des Bâtiments de France.»
Malgré l’avis négatif rendu à l’unanimité en novembre 2008 par la commission des sites, la mairie, qui avait donné une autorisation d’installation précaire en 2008, a délivré au restaurateur un permis de construire en date du 1er mars 2009. «Nous avons tout fait dans les règles, se défend le maire Patrice Raffarin. J’avais obtenu verbalement à deux reprises l’accord de l’architecte des Bâtiments de France. Je considère que la terrasse n’empiète pas sur le site classé, mais qu’elle est en site inscrit.»
La nuance a son importance. Si la portion de quai occupée par la terrasse est en site classé, la procédure est très lourde : l’obtention d’un permis de construire est alors subordonnée à un avis favorable de la commission départementale des sites,  confirmé par une commisison nationale, et nécessite la signature du ministre en charge de l’environnement. Alors que dans un site inscrit, cette procédure n’est pas nécessaire.
«Les documents que j’ai consultés, affirme Jean-Pierre Goumard, indiquent que le site classé va jusqu’aux limites des maisons, de l’autre côté de la route.» Pour Patrice Raffarin, seule une partie du quai est classée. «Je ne souhaite pas une confrontation avec l’Etat, précise l’élu. Je demande qu’on me dise où est la limite du site classé, et nous déposerons un nouveau dossier où la terrasse sera déplacée dans les limites qui seront établies par les services de l’Etat. D’ici là, la terrasse fonctionnera normalement.»
Nature environnement 17 a déposé deux recours. «Nous avons demandé au préfet de faire appliquer la loi en enjoignant au maire de Rivedoux de retirer le permis de construire qui est illégal. Nous avons également déposé fin juin un recours gracieux auprès du maire de Rivedoux, en lui demandant de retirer ce permis. Il a deux mois pour nous répondre, mais nous n’attendrons pas la fin du mois d’août pour porter l’affaire devant le tribunal administratif.» Si sur le plan juridique les positions sont tranchées, c’est sur le fond que le désaccord entre la commune et les défenseurs de l’environnement est le plus profond.
Quand Patrice Raffarin affirme que la terrasse du M est «presque transparente, et qu’on ne peut pas dire qu’elle occulte le paysage, qu’au contraire elle apporte un plus à la vie du port et qu’elle relève presque de l’intérêt général», Jean-Pierre Goumard rétorque que la construction «sacrifie un paysage magnifique. Loin d’être transparente, il s’agit au contraire d’unestructure fermée. Le problème qu’on se pose à Nature Environnement 17, c’est que l’autre restaurant du port, La Chaloupe, pourrait lui aussi installer une terrasse à l’autre bout du quai, si bien qu’un jour, quand on passera à Rivedoux, on n’aura plus vue sur la mer, on aura vue sur les terrasses des restaurants. C’est extrêmement grave, et la contagion pourrait s’étendre à d’autres communes, ce qui serait très négatif pour l’île de Ré.»
 
Immobilier et partenaires