Météo
 
Loix - La pointe du Grouin totalement revue
En 2005, la municipalité lançait le projet de restructuration de la pointe du Grouin qui aboutissait finalement en avril 2009.
En juin dernier, le conseil municipal a voté une subvention de 6 000 € à l’association des Usagers et plaisanciers de la pointe du Grouin (AUPPG). Cette association est chargée, sous le contrôle de la mairie, de la gestion du site de la pointe du Grouin dont l’aménagement avait été décidé en janvier 2005.
A cette époque, en effet, le maire, Lionel Quillet, expliquait que la mairie allait engager une opération d’aménagement des mouillages du port et de la pointe du Grouin en collaboration avec l’association des Amis du port et celle des usagers et plaisanciers de la pointe du Grouin. Le projet d’aménagement du Grouin avait pour but de permettre aux différents usagers de profiter de l’anse du Grouin en limitant les conflits d’usage, le tout dans un souci de gestion environnementale. On parlait alors d’une opération légère avec la mise en place de 80 mouillages à la pointe du Grouin. Le programme aurait dû s’achever au printemps 2005 (JdP n° 1). C’était sans compter sur les services de la direction régionale de l’environnement qui ont bloqué le projet de restructuration des mouillages en raison de la présence d’herbiers de zostère, une plante sous-marine appréciée des oiseaux. L’objectif est donc de nettoyer les parcs ostréicoles pour sécuriser la navigation (JdP n° 11). En septembre 2007, alors que la commission des sites avait donné un avis favorable au projet, les élus attendaient toujours que les affaires maritimes délivrent l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public maritime pour pouvoir aménager le site (JdP n° 18). En juillet 2008, les élus annonçaient un début des aménagements pour le mois de décembre de la même année (JdP n° 22). D’ici là, une étude était menée sur la population des herbiers de zostère dans le secteur.  La zone de mouillage occupera une largeur de 450 mètres et comptera 114 emplacements répartis en trois secteurs selon la taille des navires. Les travaux sont alors estimés entre 50 000 € et 100 000 €, A laquelle s’ajoute la redevance annuelle de 6 000 € pour l’occupation de la zone que la commune verse à l’Etat. Finalement, en septembre, la mairie obtenait le feu vert pour le lancement du chantier (JdP n° 23). La mairie lançait alors un appel d’offres avec pour condition impérative que les travaux soient achevés au 30 janvier 2009. Cependant, ils n’ont commencé qu’en février 2009. Dans un souci de protection des fonds et de l’herbe marine, la commune a préféré la mise en place des corps-morts par moyens nautiques. La barge a positionné les corps-morts par GPS. Entre le 30 mars et le 4 avril, des plongeurs ont enfoui les corps-morts à l’aide d’une lance hydraulique. Finalement, chiffré à 61 878 €, le chantier a été subventionné à 40% par le Conseil général dans le cadre du plan nautique départemental (JdP n° 25). En avril 2009, le chantier était enfin terminé et tous les emplacements avaient trouvé preneur. En dehors de l’aménagement de la zone de mouillage, le projet de restructuration comprenait aussi la protection de la  plaine dunaire. Ainsi des haies nantaises ont-elles été implantées pour but de fixer le sable. De la même façon, les parkings au niveau de la pointe du Grouin sont dorénavant affectés aux dériveurs libérant ainsi la plage.
 
Immobilier et partenaires