Météo
 
Deux mois d’actualité
Fermeture de la centrale de Saint-Martin : le combat continue
Dominique Bussereau, président du Conseil général, a visité la maison centrale de Saint-Martin, le 25 février, en compagnie de Lionel Quillet, Léon Gendre et Patrice Déchelette. Alors que Dominique Bussereau s’est prononcé pour un transfert de la prison sur le site de Fontenet, l’intersyndicale Ufap et FO de Saint-Martin a tenté de le convaincre de l’intérêt du site de Dompierre, beaucoup plus accessible pour le personnel rétais. Le lendemain, une manifestation était organisée sur le pont de l’île de Ré.

Réunion publique sur le PADD du Scot
Le 15 février, la Communauté de communes (CdC) conviait les Rétais à une réunion publique afin qu’ils se prononcent sur le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) du futur Scot, qui entrera en vigueur en 2012. Une étape essentielle dans la mesure où le PADD exprime les objectifs et projets de la collectivité locale en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans.
Certaines voix ont critiqué un «manque d’ambition» du projet, pointant des insuffisances en termes de renouvellement de l’activité économique et de la population (attirer les entreprises et les jeunes), les disparités entre les cantons nord et sud et l’absence de stratégie pour limiter le seuil maximum de population évalué à 145 000 personnes l’été.

Informatisation des déchèteries le 1er juillet
La CdC a décidé de mettre en place l’informatisation de toutes les déchèteries de l’île de Ré afin que chacun paie selon ses dépôts. Professionnels, collectivités et particuliers devront désormais être munis d’une carte nominative pour accéder aux déchèteries. Ils disposeront de 20 passages gratuits par an, les suivants seront payants. Le prix sera déterminé selon la nature et le volume du dépôt.

Après-Xynthia : la Mission Littoral présentée
Le conseil général a présenté le 11 mars le compte-rendu de la Mission Littoral, qui doit définir les différents scenarii pour protéger les côtes. Quatorze sites sensibles sont concernés. Selon une première estimation, le coût d’un programme global de protection du littoral charentais-maritime s’élèverait à 300 M€. Le Département s’est engagé à assurer les maîtrises d’ouvrage et à financer ces travaux à hauteur de 20%. Les autres partenaires (Europe, État, Région, intercommunalités et communes) vont être sollicités. Par ailleurs, l’Etat définira avant la fin de l’année une liste de zones à risques importants, dont Sainte-Marie, Loix, La Flotte et Saint-Clément-des-Baleines font partie.

 
Immobilier et partenaires