Météo
 
La Couarde - Trait de côte : «Nous sommes très inquiets»
Patrick Rayton, maire de La Couarde, déplore que les secteurs fragilisés comme le Peu Ragot ou le Moulin brûlé ne fassent pas partie du plan Digues.
La réflexion est en cours à la mairie de La Couarde pour protéger le traît de côte, notamment au Peu Ragot et au Moulin brûlé. Jusqu’alors, le réensablement n’a pas porté ses fruits, c’est le moins que l’on puisse dire. «A chaque tempête, le sable repart. En 5 ans, c’est près de 800 000 euros qui ont été dépensés par le Conseil général. Tous les deux ans, 50 000 à 80 000 m2 de sable doivent être remis, commente Patrick Rayton, le maire de La Couarde. La technique choisie n’est donc pas satisfaisante, car non seulement le sable repart, et c’est un coût important pour la collectivité.»
Vu le coût des travaux à réaliser, Patrick Rayton misait sur le plan Digues de l’Etat pour les financer. Or, la priorité du plan Digues sera donnée aux communes zonées, c’est-à-dire Loix et La Flotte pour l’île de Ré. «Nous sommes très inquiets. Si on entrait dans le plan Digues, nous aurions des financements de l’Etat et du Conseil général, voire de l’Europe. Si ce n’est pas le cas, nous aurions beaucoup moins de moyens, et ça prendrait plus de temps», s’agace Patrick Rayton.
En dehors du cordon dunaire de Peu ragot, connu pour sa fragilité, la dune du Moulin brûlé, située juste avant la digue du Boutillon, inquiète aussi. «En cas de rupture à cet endroit, la route d’Ars pourrait être coupée», confie Patrick Rayton. Et puis des gros «paquets» de mer peuvent passer, en cas de tempête, par-dessus la dune. «Il y a des infiltrations. Un riverain s’est retrouvé avec 60 centimètres d’eau dans son jardin…» D’autres secteurs ont aussi été «très secoués», comme le Peu des hommes ou les âneries. Au Peu ragot, la fragilité du cordon dunaire fait craindre le pire : le village est en ligne directe en cas de rupture. Pour le maire de La Couarde, ce sont 2,5 kilomètres qu’il faudrait renforcer… Quant aux digues du Goisil, le premier magistrat de la commune juge que les travaux de remise à niveau sont insuffisants. «ça été remonté de 60 centimètres avec du remblai et du sable. C’est mieux que rien, mais ce n’est pas suffisant pour être tranquilles.»
 
Immobilier et partenaires