Météo
 
Saint-Martin - La prison reste !
Enorme soulagement suite à la visite le 5 mai dernier du Garde des Sceaux Michel Mercier, qui a annoncé le maintien de la Centrale.
Décidément, la prison de Saint-Martin est «imprenable». Combien de fois dans son histoire a-t-on évoqué l’idée de sa fermeture ? Cette fois-ci pourtant, avec la réforme de la carte pénitentiaire, la menace paraissait plus précise que jamais. Mais il apparaît que les arguments développés par les hommes politiques de l’île et par les syndicalistes ont rencontré un écho favorable du côté ministère de la Justice, qui ne pouvait fermer les yeux sur le cas très particulier de la prison de Saint-Martin, le premier employeur de l’île avec ses quelque 300 personnels pénitentiaires (près de 40% vivent sur l’île). C’est tout le tissu économique, associatif et éducatif (la présence des gardiens et de leur famille permet le maintien de classes) qui aurait souffert de cette disparition. Sans compter les 368 détenus* qui pour la plupart ont une activité professionnelle sur l’île, et consomment malgré leur faible pouvoir d’achat. Pour le bar-tabac du centre, qui fournit tous les détenus en cigarette (la loi impose que le tabac le plus proche ait le monopole de la distribution aux prisonniers), ce marché représente environ 10 000 € par mois… Sans parler des gardiens qui viennent prendre un café ou se restaurer. «Nous avons repris ce commerce il y a deux mois, mais le propriétaire précédent ne nous avait pas informé que la prison risquait de fermer, explique Fabienne Dhont. Nous l’avons appris après coup par des clients qui sont gardiens à la prison. C’est sûr que pour nous, c’est un gros soulagement car ça aurait été une perte non négligeable.» La nouvelle patronne se dit également contente pour les gardiens, «qui vont pouvoir garder leur boulot sur place. Je pense qu’en cas de fermeture, ce n’est pas que les commerces de Saint-Martin qui auraient pris une claque, mais toute l’île en général.»
Du côté du bar-hôtel La Barbette, le plus proche à vol d’oiseau de la prison, on relativise l’apport pécuniaire de la prison pour les commerces martinais. «On ne peut pas dire que la prison fasse tourner l’île. Les familles viennent souvent de loin pour voir les détenus, et une fois qu’elles ont payé le train et les sandwichs, elles n’ont plus un rond», explique Jacqueline Neveur. Même s’il lui arrive d’accueillir quelques familles dans son hôtel, elle explique que la plupart sont hébergées à l’Embellie**. «Là-bas, c’est 20 € la nuit. Quand c’est complet là-bas, ils nous les envoient. Mais c’est rare. Et même si nous ne sommes pas chers, c’est déjà trop pour ces familles.» Elle souligne enfin que la plupart des surveillants consomment au mess de la Centrale, où les prix sont moins chers. «C’est 6 ou 7 € le repas complet. Vous savez, ils auraient tort de venir chez nous», ironise Jacqueline Neveur.
Reste que l’avenir de la prison à long terme n’est pas forcément assuré : la grosse incertitude concerne les nécessaires travaux de réhabilitation, dans la mesure où l’établissement doit répondre aux normes européennes, notamment au niveau de la taille des cellules (6 m2 actuellement, au lieu des 9 m2 réglementaires). Or, le Garde des sceaux avait rappelé que le coût de rénovation d’une prison vétuste pouvait excéder le coût de construction d’un établissement neuf. L’Etat mettra t-il la main à la poche ? La rénovation ne sera-t-elle que «partielle», ce qui ne ferait que repousser de quelques années le maintien de la prison ? Pour l’instant, pas de réponse à ces questions, mais les syndicats comptent bien rester vigilants. Car s’ils ont gagné une bataille importante, ils n’ont peut-être pas encore gagné la guerre…

* Pour la commune enfin, c’est également une excellente nouvelle, dans la mesure où les prisonniers sont comptabilisés dans les chiffres Insee de la population permanente. Du coup, le départ des détenus aurait entraîné un «trou» dans les caisses, avec une dotation globale de l’Etat en baisse significative…
** Structure associative créée pour héberger les familles de prisonniers.
 
Immobilier et partenaires