Météo
 
Ars-en-Ré - «Le premier tournage de cette importance»
La commune accueille depuis le 15 mars le tournage d’Alceste à bicyclette, long-métrage de Philippe Le Guay, avec Fabrice Luchini et Lambert Wilson… Le point sur l’organisation et les retombées pour la commune
«Le village doit rester tel qu’il est. On ne va pas mettre des rubans bleu-blanc-rouge et des fleurs partout», confie Jean-Louis Olivier. Pour le maire d’Ars, l’actuel tournage du film Alceste à bicyclette, avec Fabrice Luchini et Lambert Wilson, ne doit rien changer à la vie paisible du village. Aucune cérémonie d’accueil n’était d’ailleurs prévue à la mairie…
«Nous avons reçu le régisseur, qui nous a fait part de ses besoins à travers une fiche technique, résume l’élu. Cela concerne surtout les questions de stationnement de véhicules ou d’organisation de la circulation pendant les prises.» Le tournage, qui se déroule du 12 mars au 27 avril, se déplacera sur toute la commune : place du marché, restaurant Les Frères de la côte, hôtel Sénéchal, hôtel du Clocher sans oublier bien-sûr les pistes cyclables et quelques autres scènes tournées à Saint-Martin et Sainte-Marie. Le scénario se déroulera principalement rue de Mouillebarbe, dans la maison de l’artiste Katerine Margaritis, qui loue sa maison pour l’occasion. Au fur et à mesure, la mairie devra donc prendre des arrêtés de circulation et de stationnement. «C’est le premier gros tournage sur la commune», souligne le maire.
Quant aux retombées, elles sont difficiles à évaluer, mais il est évident que les commerces locaux profiteront de la présence d’une cinquantaine de techniciens et des acteurs. Même si ceux-ci disposent pour le déjeuner de leur propre cantine, sorte d’immense «vaisseau spatial» sur roues, installé sur le grand parking du marché. Néanmoins, on peut estimer que l’achat des produits frais se fera sur l’île. «On peut espérer qu’il y ait aussi des dépenses extérieures dans les restaurants de la commune, et il y en aura aussi pour l’hébergement. Il y aura forcément des retombées économiques.» En avant-saison c’est donc une aubaine pour les commerçants d’Ars-en-Ré.
Par ailleurs, une centaine de figurants rémunérés, Casserons pour la plupart, ont été retenus. Pour la commune, en revanche, la seule retombée concerne la location pour le durée du tournage de la salle des associations, qui est le QG de l’équipe du film.
Reste les retombées en terme d’image pour la commune. Rien ne permet de les quantifier, et elles dépendront de la qualité du film et de son succès. «Si ça met en valeur le patrimoine architectural et naturel de la commune, ça peut être une très bonne pub», consent Jean-Louis Olivier.
 
Immobilier et partenaires