Météo
 
Saint-Clément - Un objectif de 830 habitants en 2020
Présenté lors d’une réunion publique le 8 novembre dernier, le Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) est l’avant dernière étape avant l’élaboration du nouveau Plan local d’urbanisme (PLU).
Le PADD de Saint-Clément, qui fixe un cap pour la commune à l’horizon 2020, définit six objectifs principaux : organiser l’accueil des populations nouvelles dans l’agglomération de Saint-Clément-des-Baleines et du village du Gillieux ; instaurer des procédures adaptées pour maîtriser la densification de Saint-Clément-des-Baleines et du village du Gillieux ; définir des programmes de logements qui favorisent l’installation de jeunes ménages en résidence principale ; assurer une adéquation entre l’arrivée d’une nouvelle population et l’offre en équipements publics et d’intérêts collectifs de commerces et de services ; conforter la protection des espaces agricoles et naturels.
Ainsi, il s’agit d’assurer le renouvellement de la population et programmer les projets identifiés à l’échelle communale et communautaire afin de conforter la population à l’année à partir d’un constat clair : une tendance démographique à la baisse depuis 1999, une proportion croissante de retraités, un taux d’évolution global moyen d’environ 1,43 % (2010-2020) et un desserrement des ménages. Autre constat : un déséquilibre important entre résidences principales et résidences secondaires, largement majoritaires. Le PADD vise donc au «renforcement de la mixité sociale en réduisant, entre autre, le rythme des constructions secondaires». En ce qui concerne l’urbanisme, Saint-Clément est «un territoire à la structure urbaine affirmée par l’existence d’une seule agglomération et de plusieurs pôles urbanisés ou d’urbanisation diffuse dont les évolutions sont à organiser au regard de la loi Littoral». D’où la nécessité de prendre pour cadre des extensions futures les «périmètres actuellement urbanisés». Le PADD pose donc les bases d’une densification nuancée au sein même du bourg et des secteurs urbanisés. Quant au résiduel constructible, il est «limité à des surfaces très variables où l’on identifie une capacité d’urbanisation difficile à maîtriser et à organiser». D’où la nécessité de mettre en place des outils réglementaires «diversifiés» pour contrôler au mieux les futures extensions. Il s’agit aussi d’assurer la production de logements aidés définie dans le SCOT et conforter cette production en imposant un pourcentage minimal de 20 % de logements locatifs sociaux dans les opérations portant sur une emprise foncière de 2 000 m² et plus.
Ainsi, le PADD définit les objectifs à l’horizon 2020 en terme de population : 830 habitants (contre 724 aujourd’hui), soit 1,43 % de taux annuel d’évolution démographique ; 45 logements d’intérêt communautaire ; 0,99 ha de terrains pour l’économie et l’artisanat ; 0,5 ha pour les équipements publics, implantation d’un bâti agricole (secteur d’accueil de constructions agricoles) et volonté de stabiliser le nombre de lits touristiques pour miser sur le «qualitatif».
Enfin , le deuxième grand axe du PADD vise à garantir la protection du littoral et du marais à travers six grands axes : renforcer la protection des espaces naturels et des espaces agricoles au titre des espaces remarquables ; favoriser la valorisation du potentiel agricole de la commune ; favoriser la liaison douce en espace naturel vers la commune d’Ars ; assurer la prise en compte des risques identifiés ; identifier les installations et les aménagements nécessaires à la gestion des accès au littoral ; et maintenir la cohérence du projet d’aménagement des espaces publics et de l’organisation du bâti autour du phare des baleines.
 
Immobilier et partenaires