Météo
 
Histoire - L’île aux moulins
Les moulins à vent, au nombre de 76 au XIXe siècle, furent les témoins privilégiés de l’évolution économique et sociale de l’île de Ré.
D’après de nombreuses sources documentaires, l’île de Ré possède un grand nombre de moulins à partir du XVIe siècle. Un mémoire datant de 1753 mentionne l’existence de plus de 80 moulins répartis sur l’île de Ré, dont 76 moulins à vent et sept moulins à eau. Les Notes de l’Isle de Ré, de Pelletier, datées de 1812, font état de 84 moulins à vent, mais le nombre pour Saint-Martin parait surévalué. Comment expliquer une telle concentration sur un si petit territoire ? La faible production de céréales sur l’île de Ré qui obligeait les insulaires à importer du blé et à le moudre sur place pour fournir du pain à une population à l’époque de 30 000 habitants. La première partie du xixe siècle, qui correspond à l’époque où l’île a atteint son pic démographique, est celle où l’on compte le plus de moulins en activité…

Lieux d’implantation

Pour tourner, un moulin a besoin… de vent ! D’où leur implantation logique sur une île soumise aux vents océaniques et, sur l’île même, dans les endroits ventés de secteur ouest. Les moulins à vent se trouvaient à l’intérieur des terres, souvent isolés ou en bordure de village, et dans les zones occidentales des villages, ainsi que le montre l’implantation des moulins de Saint-Martin essentiellement à l’ouest et au sud-ouest de la ville, comme à Ars-en-Ré. Certaines exceptions concernent les moulins implantés sur des hauteurs, comme à La Flotte où quelques uns furent installés à l’est pour profiter de l’altitude. Ils devaient être également accessibles pour les villageois, les meuniers et pour leur entretien (acheminements de pièces souvent lourdes et volumineuses), d’où leur situtation au bord des chemins. Les spécificités du moulin rétais : comme le décrit Les Cahiers de la mémoire, le moulin rétais se définit par la formule «un moulin à vent, tournant, virant, avec ses appartenances et dépendances de cerne, maison et vigne». Le moulin rétais comporte plusieurs bâtiments : le moulin proprement dit, qui se compose d’une tour circulaire d’environ 5 mètres de diamètre, d’un rez-de-chaussée servant à entreposer le blé et la farine et d’un étage où se trouve la meule, et d’un comble où est installé le reste du mécanisme (l’accès aux niveaux supérieurs se fait par des échelles ou des escaliers en bois) ; la maison ou logis du meunier, très basse et spartiate, les servitudes servant de cellier, d’écurie ou de stockage) ; et enfin la vigne, qui entourait la plupart des moulins

Lire la suite de cet article dans le n° 49 du journal disponible chez tous les marchands de journaux de l'île.
 
Immobilier et partenaires