Météo
 
Sainte-Marie - Offrir un plus aux touristes
La municipalité a relancé le dossier de classement de la commune en station touristique, et planche sur une véritable politique touristique.

En 2001, l’ancien maire, Jacques Boucard, avait fait une demande de classement de la commune en station touristique. Mais finalement le dossier n’a pas abouti. Lors de son élection à la tête de la mairie, Gisèle Vergnon a décidé de réactiver l’affaire. Trois nouveaux dossiers ont été adressés à la préfecture, laquelle a été relancée en septembre par le maire. «Je sais, explique Gisèle Vergnon, que les documents sont parvenus, pour consultation et avis, auprès des différents ministères concernés, maintenant nous devons attendre.» Parallèlement au lancement de cette procédure, l’équipe municipale réfléchit sur les moyens touristiques à mettre en place dans la commune. «Avoir ce label, reprend l’élue, cela sous-entend que nous sommes appelés à bien recevoir les touristes et à répondre à leurs attentes. Il ne suffit pas de se revendiquer station touristique encore faut-il œuvrer pour des projets réels et offrir quelque chose de particulier aux touristes.» Ainsi diverses pistes de réflexion ont-elles été lancées comme, par exemple, l’aménagement de la plage des Grenettes qui a une vocation de surf. «Il n’y a pas de conflit majeur avec les baigneurs sur cette plage alors pourquoi ne pas aménager un vrai spot de surf ? Ou bien encore pourquoi ne pas installer des clubs de plage pour les enfants ?» La municipalité souhaite, de toute évidence, mettre l’accent sur l’accueil des familles mais aussi sur un tourisme plus instructif. «Nous pourrions également créer des pistes cyclables avec des circuits mettant en avant le patrimoine communal ou bien encore les artisans du village tels que le maître forgeron ou le saunier.» Différentes idées qui vont avoir certainement le temps de mûrir et évoluer puisque l’obtention de ce classement peut prendre quelques mois voire plus.
Deux textes précisent les conditions dans lesquelles le maire d’une commune peut demander au préfet le classement de sa ville en commune ou station touristique. Pour être dénommée «commune touristique», la ville doit justifier de l’existence d’un office du tourisme, de l’organisation d’animations culturelles, artistiques, gastronomiques ou sportives et d’une capacité d’hébergement suffisante. La commune touristique peut demander son classement en station de tourisme, dès lors qu’elle met également en œuvre des actions de nature à assurer une fréquentation plurisaisonnière et à valoriser son patrimoine. Ces dénominations touristiques sont accordées pour une durée de 5 ans (commune touristique) et de 12 ans (station de tourisme). Le classement est demandé par la commune où est effectuée une enquête publique. Le dossier est transmis au préfet qui demande les avis du Conseil général et des commissions départementales concernées. Puis la demande est adressée au ministère du Tourisme ou au ministère de la Santé, avant un dernier examen par le Conseil d’Etat. Cette procédure centralisée, très lourde et longue, fait actuellement l’objet d’une réforme qui entrera en vigueur le 3 mars 2009.
Avec cette réforme, les avantages liés au classement sont, entre autres, la possibilité de majorer les rémunérations des cadres municipaux, mais également la majoration des indemnités du maire et des adjoints, ou encore la perception d’une taxe additionnelle aux droits d’enregistrement lorsque la commune a moins de 5 000 habitants. A noter que lors de la séance au Sénat du 21 févier 2006 concernant le code du tourisme, il a été décidé que le classement en station touristique «sera conditionné à la mise en œuvre d’une politique locale du tourisme, à l’offre de réelles capacités d’hébergement». 

© 2008 Sarl Editions Deserson - Reproduction interdite

 
Immobilier et partenaires