Météo
 
Saint-Clément - «L’internet haut-débit, urgence des urgences»
Réélu avec sa liste entière, Gilles Duval estime pouvoir s’appuyer sur une équipe dynamique et performante, afin de mener à terme les projets structurants pour la vie de la commune.
 JdP – Comment s’est déroulée la campagne des municipales ? Il a été question de quelques tensions notamment au moment du dépouillement…
Gilles Duval – J’ai reçu des menaces d’un candidat de la liste adverse pendant le dépouillement. Ça s’est ensuite calmé. Notre liste complète est passée au premier tour, malgré des polémiques peu intéressantes pendant la campagne. D’ailleurs, les deux « meneurs » ont fait les plus mauvais score. En tout cas, c’est un plébiscite par rapport au travail réalisé dans le mandat précédent. 
Comment se déroule le travail avec la nouvelle équipe municipale ?
C’est un conseil municipal avec lequel je m’épanouis. Ca n’était plus le cas sur la fin du mandat précédent. J’ai donné beaucoup de boulot à tout le monde, car je peux m’appuyer sur des gens extrêmement performants. Par exemple, certains se penchent actuellement sur la question de l’internet haut-débit, afin de le faire venir sur toute la commune. Nous avons jugé que c’était fondamental, notamment pour faire venir les artisans dans le cadre de notre future zone artisanale. Nous avons aussi beaucoup de résidents secondaires qui nous ont dit qu’ils pourraient venir travailler à domicile s’ils avaient le haut-débit. Pour nous, le haut-débit, c’est la vie à l’année ! C’est l’urgence des urgences. Pour la couverture «téléphonie mobile», nous cherchons aussi des solutions. 
A la CdC, vous avez perdu votre poste de vice-président en charge des digues. Comment l’expliquez-vous ?
On s’est un peu frictionné avec Lionel Quillet. Nous n’avons pas d’atomes crochus, on ne s’entend pas très bien. Après, il s’est bien occupé des digues. Et j’ai quand même voté pour lui lors de l’élection du Conseil communautaire, pour le bien du village.
Sur les projets d’aménagement, notamment de Moulin-Rouge (une supérette, une salle des fêtes et des logements sociaux), où en êtes-vous ?
Tous les permis sont en sursis à statuer. Il faut attendre les cartes du PPRL, et ça ne se décidera pas, à mon avis, avant fin septembre. On a aussi le même souci sur une résidence hôtelière d’une trentaine d’appartement au Gillieux. Le permis a été déposé, il a été attaqué par la préfecture. Finalement, le jugement dit que le terrain n’est pas inondable et donc constructible. Sauf que nous avons besoin des nouvelles cartes opposables, pour connaître les bonnes hauteurs pour le plancher.
 
 
Immobilier et partenaires