Météo
 
Ars - Protection anti-submersions du port : vers une solution «mixte»
Le Papi d’Ars-en-Ré concerne deux secteurs : dans la partie sud du village, les digues allant de Feu-Bouillon au Martray, et dans la partie nord la protection du port. «Aujourd’hui, le dossier est bien avancé, même si nous faisons partie du Papi 2, après les Papi prioritaires de La Flotte, Saint-Clément et Loix», rappelle Jean-Louis Olivier, maire de la commune. Pour la protection du port, la construction d’un parapet, qui empêcherait tout débordement, avait été un temps évoquée. Mais deux problèmes se posaient : son coût et l’aspect esthétique. Du coup, il fut également envisagé l’installation de batardeaux amovibles, qui n’auraient été posés qu’en cas d’alerte météorologique. 
Visiblement, on s’orienterait vers un mixte des deux solutions. A savoir un parapet sur la partie droite du port, du quai du Grand-Garçon jusqu’au quai de la Criée, qui est la partie la plus basse et donc la plus vulnérable. Et des batardeaux démontables, en aluminium, sur la partie gauche, qui auraient l’avantage de de ne pas modifier l’aspect visuel du port. «Ce système fait que tout est déjà prêt dans le sol, avec une patine. En cas d’alerte, nous pouvons installer les batardeaux très rapidement, en moins d’une journée», confie le maire d’Ars-en-Ré. Côté fier, il faudra reprendre les digues en terre sur une distance d’environ 4 km. Le coût global de ce Papi devrait se situer entre 4,5 et 6 millions d’euros.
 
 
Immobilier et partenaires