Météo
 
Un «périscope» au-dessus des arbres
La batterie Karola, située dans la forêt de la Combe-à-l’Eau, est un des éléments architecturaux les plus originaux du Mur de l’Atlantique.
Sa position stratégique, tout au nord de l’île de Ré, sur la commune d’Ars-en-Ré, devait lui permettre de contrôler la venue de navires ennemis et protéger ainsi la base sous-marine du port de La Pallice. Surgissant au milieu de la forêt de la Combe-à-l’Eau, cette tour de contrôle, semblable à un «périscope» géant, est un élément majeur du système de défense imaginé par la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale. Le terme «esthétique», si l’on compare aux traditionnels blockhaus, ne semble pas usurpé. Plus qu’une tour, Karola est en fait un ensemble de quarante hectares, édifié entre 1942 et 1944 par la Kriegsmarine, comprenant plusieurs bâtiments adossés à la fameuse tour de commandement qui s’élève à 26 mètres au-dessus du sol. On trouve ainsi deux tourelles – surnommées Anton et Dora – qui sont armées de canons d’une portée de 37 km (chacune d’elles est équipée de logements, de groupes électrogènes, d’ateliers, de salles de ventilation et de soutes à obus) ainsi qu’une voie ferrée et d’un quai de déchargement permettant d’acheminer matériaux et munitions.

Retrouvez la suite de ce dossier dans le n° 66, vendu en kiosque sur lîle.
 
Immobilier et partenaires