Météo
 
Immobilier : un redémarrage en trombe
Depuis l’automne 2015, le marché de l’immobilier connaît une vitalité spectaculaire sur l’île de Ré. Faut-il y voir un épiphénomène ou une lame de fond ? Explications.
Dans l’immobilier rétais, il y a longtemps qu’on n’avait pas vécu une telle embellie. Depuis l’automne dernier, les ventes connaissent un véritable boom. Observée par de nombreux agents immobiliers, la tendance est confirmée par l’office notarial de Saint-Martin-de-Ré. «Il y a une reprise très nette en volume depuis la fin du deuxième semestre 2015, ça paraît presque étrange», s’étonne Maître Guibé. Etrange, car contrairement à d’autres phases de reprise, personne n’a vu venir celle-ci, qualifiée de «soudaine et brutale». Chez Hurtaud Immobilier, on se montre également surpris, sans faire preuve d’optimisme excessif. «Je crains que ça soit limité dans le temps et que ça ne soit qu’un épiphénomène, explique Christophe Coussin. Pour savoir s’il s’agit d’un mouvement de fond, il faut attendre.» Il faut dire que le marché immobilier, cyclique par nature, fut déjà marqué depuis 2008 par de nombreuses péripéties : crise économique jusqu’en 2010, redémarrage en 2011 en vue de la réforme des plus-values immobilières puis blocage depuis 2013 suite aux publications des cartes d’aléas du Plan de prévention des risques littoraux (PPRL)…
Pour l’instant, les professionnels manquent de recul pour comprendre les tenants et les aboutissants d’un phénomène qui s’est poursuivi au premier trimestre 2016. D’aucuns y voient le simple effet «mécanique» d’un rattrapage, après plusieurs années de vaches maigres et de pessimisme ambiant, liés à la conjoncture économique et au PPRL. «C’est comme un ressort qu’on comprime et qui se relâche d’un coup», métaphorise Xavier Guibé. 
 
Taux à 2 %
Parmi les hypothèses, il faut souligner que le loyer de l’argent a rarement été aussi bas, avec des taux d’intérêt qui plafonnent à 2 %. «J’ai même discuté avec un acquéreur originaire de Poitiers qui avait obtenu un taux de 0,99 % sur quinze ans», confie Thierry Armilhon, expert immobilier auprès de la cour d’appel de Poitiers. De son côté, le notaire Xavier Guibé voit dans ces taux un facteur d’explication plausible mais tient à le relativiser. «Les taux d’intérêt sont bas, mais à condition de pouvoir en bénéficier ! Même lorsqu’il y a des apports personnels, il y a souvent un financement bancaire et j’ai vu quelques dossiers où il était compliqué d’obtenir des prêts…» On peut aussi se demander si ce redémarrage n’est pas le signe avant-coureur d’une reprise économique globale, amorcée depuis quelques semaines : les économistes tablent sur une croissance de 1,5% en 2016, alors que 2015 a vu le pouvoir d’achat des Français augmenter de 1,7% en moyenne annuelle, son rythme le plus rapide depuis 2007. Au niveau fiscal et réglementaire, il y a eu peu de changement en ce début d’année : de l’avis de tous les spécialistes du secteur immobilier, cette stabilité est gage de confiance pour des investisseurs qu’on dit «lassés», voire «frustrés», d’attendre depuis plusieurs années, et qui sautent sur la première éclaircie pour – enfin – franchir le pas. «Ils ont un peu de visibilité, ce qui n’est pas arrivé depuis un moment. Alors ils se lâchent», avance Christophe Coussin.

Retrouvez la suite de ce dossier dans le n° 68, vendu en kiosque sur l’île.
 
Immobilier et partenaires