Météo
 
Saint-Clément – Parking du phare : l’aboutissement !
Malgré de nombreux obstacles, la reprise en main du dossier par le conseiller départemental Lionel Quillet a permis de faire aboutir ce projet vieux de plus de dix ans.
 Ça y est, les visiteurs du phare de Saint-Clément disposent enfin d’un parking digne de ce nom. Envisagé depuis plus de dix ans par le Conseil départemental mais reporté à plusieurs reprises, notamment suite aux plaintes d’associations locales (qui ne s’opposaient pas à un parking en tant que tel, mais qui refusaient l’implantation choisie à proximité du village du Gillieux), l’aire naturelle de stationnement (ne dites surtout pas «parking» !) du phare dispose de 270 places «opérationnelles» suite à la livraison de la première phase des travaux. A noter toutefois que la partie juridique du dossier n’est pas close : si un premier jugement, suite au référé de l’Association pour la protection des sites de Saint-Clément (APSSC) pour faire arrêter les travaux, a autorisé la poursuite de ceux-ci, le dossier n’a toujours pas été jugé sur le fond. On imagine mal la justice exiger la destruction d’un parking à peine sorti de terre, d’autant qu’il permet une meilleure organisation du stationnement sur un des sites les plus visités de Charente-Maritime, mais il convient néanmoins de rester prudent. Faisant référence aux blocages sur le dossier PPRN, le maire Gilles Duval se réjouit de ce «parking». «Vous voyez, on a quand même des bonnes nouvelles à Saint-Clément ! D’ailleurs, il était plein comme un œuf pour Pâques. Ça a été très bien fait, c’est joli, ce n’est absolument pas une verrue. Il se trouve dans un cadre champêtre et il n’y a pas de bitume !» Même si le maire de Saint-Clément avoue ne pas avoir eu trop son mot à dire, le projet étant piloté par le Département, il se félicite néanmoins de son aboutissement et de l’activisme de Lionel Quillet qui a repris les choses en main pour enfin le faire aboutir. Si pour l’instant le nouveau «parking» peut paraître assez austère par rapport aux documents déjà présentés dans le JdP, c’est qu’il attend sa touche finale : la végétalisation. Elle est prévue pour fin 2018, avec la plantation de 17 000 arbustes et arbres sur ce site, censés lui donner un aspect naturel et surtout protéger les habitants du Gillieux des nuisances (par une haie relativement épaisse).

Retrouvez la suite de cet article dans le n° 74, vendu en kiosque sur l’île.

 
Immobilier et partenaires