Météo
 
Météo : les fausses promesses de juin
L’été 2017 aura été marqué par une avant-saison exceptionnelle puis par un fort déficit d’ensoleillement en juillet et août, malgré des températures et des précipitations relativement conformes à la moyenne. Explications.
La météo a ceci de particulier que les statistiques fournissent parfois des informations assez éloignées du ressenti des gens. Qui croirait en effet que le mois de juin 2017 se classe au 10e rang des plus pluvieux sur le secteur de l’île de Ré ? C’est pourtant une réalité, malgré l’impression de temps exceptionnel de l’avant-saison. Il a ainsi plu 54,6 mm contre 37,1 mm pour un mois de juin «normal», à ceci près que la quasi-totalité des précipitations se sont concentrées sur trois jours : le 5 juin (11 mm), le 28 (17 mm) et le 29 (17 mm). A noter que le sud du département (secteur de Montlieu-la-Garde) a tout bonnement battu des records historiques de précipitations pour un mois de juin, ce qui montre que l’île de Ré a été relativement bien épargnée… Entre ces arrosages massifs, une période sèche se met en place, à peine interrompue par quelques ondées très faibles. «On s’est dit : ça y est, l’été a commencé en avance et c’est parti pour durer !», commente Pascal Ruhnke, prévisionniste à Météo France. On ne peut pas dire que la suite, et particulièrement la première quinzaine de juillet, viendra valider cet espoir, mais nous aurons l’occasion d’y revenir. 
Côté températures, ce mois de juin a connu un réchauffement relativement continu à partir du 8 pour atteindre des valeurs très élevées lors de la troisième décade avec 34,9 °C le 19, ce qui est assez rare pour l’île de Ré à cette période. Le maximum sera atteint le 25 avec 35,8 °C, niveau exceptionnel pour un mois de juin, même si le record absolu n’a pas été battu. La principale caractéristique est surtout le nombre de jours avec des températures supérieures à 25 °C : 16 jours en 2017 contre 8 en temps normal, ce qui représente un record en 40 ans d’observations ! La fin de l’euphorie survient en toute extrémité du mois, avec des après-midis de moins en moins chaudes, voire fraîches pour la saison le dernier jour du mois, «où le mercure peine parfois à atteindre les 18 °C au meilleur de la journée (17,3 °C le 30)». Globalement, les nuits furent très douces, avec 15,5 °C de moyenne pour les minimales (contre 14,1 °C pour la normale) et 24,4 °C pour les maximales, soit 2 °C de plus que les 22,4 °C habituels ! Rappelons qu’en 2003, année de la canicule et de tous les records, Météo France avait relevé des températures supérieures de 3,3 °C aux normales, preuve que juin 2017 restera relativement exceptionnel. Tout comme l’ensoleillement (293 heures), supérieur de 12,6% à la normale (261 heures).

Retrouvez la suite dans le n° 77, vendu en kiosque sur l’île.
 
Immobilier et partenaires